Philippines – Boracay

Written by Guillaume

L’île de Boracay est réputée pour être l’une des plus belles îles du monde…et c’est plutôt vrai !!! Le côté white beach bien que très touristique est une vraie carte postale, de celle qu’on trouve dans les magazines, brochures d’agence de voyage et couloirs de metro. Pour ce qui est du kite, c’est pas la destination la plus isolée qui soit mais pour celles et ceux qui cherchent un bon compromis, en famille par exemple, cela peut-être une bonne option en hiver. Les Philippines çà reste à explorer…

Où kiter à Boracay

Carte de l’île


Afficher Philippines – Borcacay sur une carte plus grande

Bulabog Beach

Cette plage est LE spot de l’île, on y retrouve donc tout le monde. Heureusement la baie est immense est les zones de départ sont nombreuses. Il faut toutefois faire attention au décollage de votre aile car en fonction de la marée, la plage peut se réduire à peau de chagrin puis sur les premiers mètres où se concentrent les écoles de kite. On a tous été un jour débutant, alors il faut penser à eux.

A l’intérieur de la baie, le plan d’eau est relativement flat bien que le vent rentre side onshore. C’est un spot bien sympa pour parfaire ses tricks. Comme évoqué précédemment, il y a un peu de monde, donc on vous recommande d’être un peu vigilant pour ne pas sauter n’importe où ni à n’importe quel moment.

En sortant de la baie, on trouve un peu de houle (vraiment légère). Essayez d’aller vous balader, la vue de l’île depuis la mer est vraiment sympa.

En fonction de la marée, faites attention à votre aile, les palmiers sont vraiment pas loin et mieux vaut anticiper que de planter votre aile. On en a vu un certain nombre se faire piéger. Vous trouverez bien des gamins qui grimperont aux arbres pour aller vous la récupérer pour quelques dollars ou euros mais mieux être prudent.

DSCF0926

Statistiques de vent

 

Boardbag idéal

Lors de notre trip, nous avions pris le quiver complet. Les conditions de vent ont été variables et j’ai sorti les ailes de 7 à 13 m². Bon la planche de surf, c’est vraiment pas obligatoire mais pour ce qui est des ailes, mieux vaut prévoir large. Pour ce qui est de la combinaison néoprène vous pouvez l’oublier sans risque à la maison. L’eau est chaude à souhait et le vent n’est pas beaucoup plus frais. A la limite un lycra pour vous protéger du soleil.

Côté compagnies aériennes, les philippins nous ont semblé plus logiques que ces …BIP… de compagnies européennes. Comme partout, vous aurez un supplément à payer mais le tarif est fixé au kg. Donc plus vous prenez, plus vous payez. De mémoire on a payé quelque chose de l’ordre de 30 €/trajet pour 2 planches / 2 harnais / 2 barres et 3 ailes.

DSCF1040

Se rendre à Boracay

Boracay est certainement l’une des plus belles îles que nous ayons visité mais l’atteindre, çà se mérite.

D’abord, il faut prendre un vol depuis l’Europe jusqu’à Manille. En tant que français, nous n’avons pas eu à gérer de formalités particulières pour entrer dans le pays. Il me semble que l’on a automatiquement un visa touristique pour 21 jours. Au delà de 3 semaines, nous vous conseillons de vous renseigner auprès de l’ambassade.

Une fois arrivé, le mieux est de prendre un autre avion en direction de Kalibo ou Caticlan. Vous serez sans doute obligés de vous rendre à l’aéroport « National » qui se trouve à proximité du Terminal International mais qui n’est pas joignable à pieds. Les taxis font la navette et il vous faudra peut être discuter un peu.

Depuis ce terminal, vous avez 2 options :

  • Les avions pour Kalibo sont plus fréquents et aussi un peu plus grands. Ils acceptent plus de bagages mais l’aéroport se trouve à 1h30 de Boracay en bus. Le transfert en bus coûte environ 4 euros.
  • Les avions pour Caticlan sont plus petits mais vous déposent juste à côté du port de Caticlan d’où il faut prendre de grands bateaux pirogues pour rejoindre Boracay.

Ne vous étonnez pas, mais au port de Caticlan, vous allez devoir payer 3 fois : la traversée en bateau, les taxes maritimes du port et une taxe écologique car l’île est dans une zone protégée. Le montant n’est pas exorbitant mais çà peut surprendre. Vous serez même amenés à payer une 4ème fois si vous laissez l’équipage porter vos bagages 😉

Les compagnies aériennes pour se rendre sur place sont : Cebu Pacific, Philippines Airlines et à notre époque Zest Air mais que l’on ne recommande pas trop car nous avons eu quelques péripéties avec eux (avion annulé sans prévenir qui nous a failli faire rater le vol depuis Manille – heureusement on a pu être déplacé sur un vol de la Philippines Airlines après quelques sueurs froides). La compagnie a été interdite de vol depuis et racheté par Air Asia.

Se déplacer sur l’île de Boracay

Alors là, cela va être dépaysement garanti !!! Il n’y a pas de voitures sur l’île de Boracay. Simplement des moto-taxis qui sont en fait des side-car fabrication maison. Pas besoin de les chercher, ils vont vous sauter dessus à l’arrivée du bateau et vous en trouverez facilement sur Main Road lors de votre séjour. Le tarif est malheureusement fluctuant, çà dépend sur qui l’on tombe et du nombre de personnes dans le side car. Il nous est arrivé une seule fois de refuser de monter. L’île est tout en longueur donc le trajet entre Bolabog Beach et White Beach se fait facilement à pied en une vingtaine de minutes.

DSCF1150

Où dormir à Boracay

Les options sont très nombreuses, de la case la plus simple aux appartement ultra luxueux, il y a ce qu’il faut pour tous les goûts et toutes les bourses. Personnellement, nous étions dans les logements proposés par l’école IslaKiteSurfing avec un confort simple mais avec un avantage non négligeable : être directement sur le spot.

Se réveiller le matin avec les palmiers, la plage, le vent…c’est çà le luxe non ?

François, un des gérants de l’école de Kite y est installé depuis de nombreuses années, on vous conseille de le contacter, il pourra aisément vous aiguiller sur les logements les plus adaptés à vos besoins.

Manger et se restaurer à Boracay

Là encore il y en a vraiment pour toutes les bourses. Il y a plein de restaurants plus ou moins touristiques et on peut manger pour 3 à 50 €. Plus vous êtes sur la plage et plus c’est cher. Dans les ruelles transverses, on trouve des petits restaurants qui ressemble à des traiteurs, avec une vitrine où l’on choisi son plat. Les philippins vous servent alors une portion accompagné de riz. On trouve aussi des vendeurs de poulet frit ou grillé qui vous vendent autant de brochettes que vous souhaitez. Globalement c’est relativement bon marché.

S’il y a une chose à ne pas râter à Boracay, les MANGUES !!! Elles sont délicieuses, coûte trois fois rien, c’est un véritable délice. Elles sont tellement tendres, qu’on peut les manger à la cuillère comme un avocat bien mûr. Une mangue avant d’aller à l’eau, rien de tel pour vous mettre en jambe 🙂

DSCF1111

Que faire ou visiter ?

L’île de Boracay est connue dans le monde entier comme une des plus belles îles du monde. Elle est donc de fait assez touristiques et l’on peut y trouver pas mal d’activités organisées : Voile, Plongée, Pêche, Balade à cheval, VTT, Location de Stand up, Golf, Balade en Buggy, Wakeboard, Parachute ascensionnel…

Il y a beaucoup de choix mais comme toutes les activités touristiques, elles ne sont pas données. Cela reste toutefois de bonnes solutions de secours, si jamais il n’y a pas de vent ou bien si vous souhaitez venir en famille et que tout le monde ne partage pas votre passion du kitesurf.

DSCF1155

Nos coups de coeur

Bien qu’ultra touristique, la plage de White Beach justifie son rang d’une des plus belles plages du monde. Le sable y est véritablement blanc et il est presque impossible aux heures les plus ensoleillées d’ouvrir les yeux.

L’eau est tellement translucide qu’on a l’impression que c’est de l’eau minérale sortie tout droit d’une bouteille. C’est un peu cliché mais on retrouve là tous les éléments de la carte postale d’une plage paradisiaque : palmiers, sable blanc, eau chaude, translucide. Le coucher de soleil propose des lumières incroyable et on vous recommande d’aller y prendre l’apéro vers 17h00 après une bonne grosse journée de kite.

GOPR0487

Argent

La monnaie locale est le Peso Philippin. Comptez environ 1 € pour 60 pesos. Le lieu étant touristique, il est aisé de trouver des distributeurs voir même de payer en carte bancaire. Il faudra cependant compter avec une commission de 5-6%

Santé et vaccin

L’île est saine. Rien de particulier à signaler en dehors des recommandations de base habituelles comme boire et se laver les dents avec de l’eau en bouteille. En cas de besoins, on trouve aisément des pharmacies. Essayez de trouver les noms américains des médicaments car les noms des produits pharmaceutiques ne sont pas internationaux et le vendeur ne connait pas toujours le nom des molécules.

En cas de besoin, il y a des médecins sur l’île.

Télécommunications

Rien de particulier là non plus. La plupart des hébergements proposent le wifi dans leurs prestations.

Il se peut qu’il y ait des coupures de courant mais cela ne dure pas trop longtemps. Cela est arrivé une seule fois sur tout le trip.

Adresses utiles

Pour plus d’informations, contactez Francois chez islakiteboarding

Installé là-bas depuis quelques années, il pourra vous renseigner sans problème.

DSCF0934

 

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.